L’été dans les années 1910-20, les grandes bourgeoises fuient la moiteur de Salonique dans les villages  de petite montagne au-dessus de Volos. A Portaria, on s’installe pour la saison à l’hotel Theoxenia, le plus luxueux des Balkans. En excursion à  Makrinitsa,  Jacques Matarasso y découvre la  vie paysanne, les maisons en pierre pour se protéger de la neige  l’hiver, et en bois au premier étage . Il rencontre dans cette nature , la simplicité,  une vertu qu’il cultivera sa vie durant.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s