Vers la fin des années 1920 , Jacques et son frère aîné Léo s’installent à Toulouse à l’hotel du Grand Balcon où ils croisent les pilotes mythiques de l’Aéropostale. Eux font leurs études universitaires: Léo deviendra avocat , Jacques , ingénieur chimiste.

En 1930, Jacques devient l’un des membres du groupe Surréaliste du Midi avec ceux qui sont devenus ses amis pour la vie: Lucien Bonnafé, Gaston Massat, dit «Totoche», l’écrivain Marcenac. Inspirés par Joe Bousquet qui est à Carcassonne ils tissent des liens avec les surréalistes parisiens.

Avec Bonnafé, Jacques Matarasso fonde le premier ciné-club,  prémice de la cinémathèque qu’ouvrira plus tard Raymond Borde. Il définit la programmation et Lucien Bonnafé, qui voyage gratuitement en train, va récupérer à Paris les copies des films. Ainsi, sera projeté «L’Age d’or» de Luis Bunuel, film cible des ligues d’extrême-droite, dont les copies ont été sauvées par les Noailles.

Jacques Matarasso photographie ses amis, s’amuse à peindre des scènes surréalistes, sans jamais se prendre au sérieux. Avec Bonnafé, il signe des photographies où ses connaissances techniques permettent des effets picturaux inédits.

A l’automne 2015, le chercheur Raphaël Neuville signe un dossier sur le Surréalisme dans la revue Midi Pyrénées Patrimoine et nous permet de découvrir les facettes de ce groupe nommé Trapèze Volant.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s